La Salamandre vous offre en ce moment la lecture de cette page. Soutenez un média indépendant, abonnez-vous !

Je m’abonne

Faites votre propre compost au jardin

  • Cible

    Amateur nature

  • Adulte
    8-12 ans

  • Durée

    < 1h

  • Saison

    Automne

Recyclez vos déchets verts et créez en même temps, au fond du jardin du compost, un précieux habitat pour quelques insectes spectaculaires.

Publié le 1 juin 2020

Activité proposée par David Melbeck

Séance d’entretien du carré d’arbustes fruitiers. Camille griffe le sol recouvert de fragments de branches. Eh oui, chez nous, les déchets de taille finissent au broyeur. Une fois réduits en petites plaquettes, les rameaux sont étalés par les enfants aux pieds des framboisiers, cassissiers et groseilliers. Cette couche de matière organique sert de couvre-sol et enrichit les plantations en se décomposant. Mais il convient de l’aérer de temps en temps, comme ce matin.

Soudain, un étrange ver blanc apparaît parmi les copeaux brunis par leur transformation en terreau. « Une larve de hanneton ! » Manqué, Camille. Avec son gros derrière et sa petite tête, cette bestiole a des proportions contraires à celle d’une larve de hanneton à la tête proéminente. Et puis, elle se tortille au milieu de lambeaux de bois en décomposition… Pas de doute, c’est un autre coléoptère en devenir : la jolie cétoine dorée. Sa larve ne se nourrit ni de racines, ni des framboisiers, mais plutôt de déchets verts en décomposition.

Si la vue de ce ver blanc suscite des réactions mitigées, la rencontre avec la cétoine dorée adulte, vrombissant de fleur en fleur, est toujours impressionnante. Ce splendide insecte autrefois très commun se raréfie. Il est pourtant facile de lui faire une place au jardin et de lui proposer un menu adapté à son régime larvaire. Comment ? En installant un compost. D’ailleurs, la belle ne sera pas la seule à en profiter : les végétaux en dégradation attireront une foule de petits recycleurs dont le travail accélère la maturation d’un terreau fertile, directement utilisable au potager. Essayez !

Matériel

  • Palettes ou composteur
  • Huit piquets d’environ 1,30 m ou des équerres
  • Masse
  • Scie
  • Pelle, fourche
  • Brouette
  • Broyeur de végétaux
  • Rameaux et branches
  • Feuilles mortes, gazon, fanes de légumes, déchets organiques
  • Terre noire riche en humus, trouvée en forêt, sous une haie ou au pied d’une souche en décomposition

Comment faire son compost au jardin ?

Et encore…

Le compost est prêt à être utilisé au jardin lorsque le terreau est fin, bien brun et sent bon le sol forestier.

Broyez des tiges de saule dont le bois est très appétissant pour les larves de cétoine.

Il est aussi possible d’acheter un composteur dans le commerce.

Règles d’or

• Choisissez un endroit ensoleillé ou semi-ombragé. Evitez les déchets de fruits et légumes traités. Remuez et aérez de temps en temps.

• Rechargez régulièrement en matière organique pour maintenir un volume suffisant de nourriture. Incorporez systématiquement une bonne quantité de branches broyées.

• Graisses, huiles, poissons, viandes, papiers, sacs à aspirateur ou litière du chat sont à bannir.

Les insectes qui vivent dans le compost

Cétoine dorée
Cétoine dorée / © Gaëtan Du Chatenet

Ecorce et bois pourris sont un régal pour plusieurs larves de coléoptères. Celle de la cétoine dorée va passer trois ans dans le terreau formé par des résidus de branchage et de nombreux autres insectes pondent dans cette pouponnière.

Rhinocéros (Oryctes nasicornis)
Rhinocéros (Oryctes nasicornis) / © Gaëtan Du Chatenet

C’est le cas du rhinocéros ! Aussi appelé *Oryctes *nasicornis, ce scarabée mesure 3 à 4 cm. Le mâle est doté d’une impressionnante corne frontale, comme son homonyme mammifère. Sa larve mesure jusqu’à 12 cm et reste cinq ans dans le compost.

Trichie fasciée
Trichie fasciée / © Gaëtan Du Chatenet

Le cycle larvaire de l’élégante trichie passe aussi par le bois en décomposition. Ce petit coléoptère velu et coloré de la taille d’un ongle se fait souvent remarquer sur les roses ou d’autres fleurs de mai à août. Son menu favori ? Le pollen dont il est souvent recouvert.

A découvrir aux alentours

Prochainement...
Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Couverture de La Salamandre n°258

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 258  Juin - Juillet 2020
Catégorie

Jardin

Nos produits
pour faire le plein d’activités

Mon cahier d’activités nature printemps-été

11.90 €

La nature en questions – Les petites bêtes de la maison… et de la chambre

12.90 €

Tous dehors ! au jardin

19.00 €

Le guide nature A la montagne

17.00 €

Découvrir tous nos produits
Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur