La Salamandre vous offre en ce moment la lecture de cette page. Soutenez un média indépendant, abonnez-vous !

Je m’abonne

Comment observer des grenouilles au début du printemps ?

© David Melbeck
  • Cible

    Amateur nature

  • Adulte

  • Durée

    -

  • Saison

    Printemps

Les pluies de fin d’hiver donnent un mystérieux signal. Le speed dating des grenouilles rousses peut commencer. Profitons de la saison de reproduction de ces anoures* pour partir à leur rencontre.

Publié le 1 avril 2024

Activité proposée par David Melbeck

Grenouille rousse (Rana temporaria)

Passez votre souris sur les cercles de l'image pour bien l'identifier.

Chargement

Deux fins bourrelets marquant la limite entre dos et flancs

Masque temporal sombre

Peau lisse ou granuleuse

Couleur variable : brun, jaune, rouge ou gris, jamais vert

© Jean Chevallier

Quand l'observer ?

En février-mars, jusqu’en juillet en altitude, les grenouilles rousses entament leur migration prénuptiale vers les points d’eau qui accueilleront leurs pontes.

Elles sont bien plus actives le soir et la nuit, surtout avant minuit. Sur les sites de frai, les mâles chantent, mais leurs ronronnements sourds – comme une moto lointaine – sont difficiles à détecter. Tendez l’oreille !

L’élévation de la température et la pluie, entre autres, déclenchent des processus hormonaux qui sortent la grenouille rousse de sa torpeur hivernale. Une température extérieure supérieure à 4 °C suffit à donner le top départ de la saison de reproduction, qui ne durera que quelques jours. Les baisses nocturnes du thermomètre ne lui font pas peur, mais il faut une eau de 4 °C au minimum pour que la ponte ait lieu.

Où ?

  • Visitez les mares et les flaques, même temporaires et peu profondes.
  • Sillonnez pâtures et prairies, ornières de chemins et queues d’étangs ensoleillées.
  • Marchez le long des zones très calmes de certains ruisseaux, surtout à proximité de boisements.
  • Vous la trouverez jusqu’à plus de 2 500 m d’altitude.

Le matériel à avoir

Lampe-torche, bottes et vêtements de pluie suffisent pour assister à la migration et aux amours de ces choristes de la première heure. Une fois sur place, patientez plusieurs minutes immobile en éteignant votre lampe.

Règles d'or à respecter

  • Préférez les observations nocturnes ou les affûts en fin de journée pour observer les amphibiens depuis la berge sans jamais les capturer ni les manipuler.
  • Nettoyez et brossez les bottes d’un site à un autre pour ne pas transmettre de maladies.
  • Regardez où vous mettez les pieds et évitez autant que possible de marcher dans l’eau.

Le bon geste à adopter

Hélas, de nombreux anoures en migration sont victimes du trafic routier. Signalez à une association nature locale la découverte d’un lieu d’écrasement massif. Des mesures pourront être prises, par exemple l’installation d’un passage à amphibiens.

Le saviez-vous ?

  • La saison des anoures : Au sein des amphibiens, l’ordre des *anoures comprend les grenouilles, les rainettes et les crapauds. Ces animaux ont en commun l’absence de queue – oura en grec –, d’où leur nom. Tritons et salamandres sont quant à eux regroupés dans l’ordre des urodèles. Dans nos régions, la grenouille rousse est celle qui résiste le mieux au froid, et même à quelques heures de gel.

Après son repos hivernal, c’est l’une des premières à filer lors d’une soirée douce et pluvieuse vers son point d’eau favori. Objectif ? Se reproduire. Après quelques jours de chant et de ponte, elle quittera le milieu aquatique pour mener une vie terrestre tout au long de l’année.

  • 4 000 : C’est le nombre d’œufs qu’une grande femelle peut pondre en un seul amas. Mesurant environ 6 cm de diamètre, ce paquet gélatineux gonfle pour atteindre une vingtaine de centimètres vingt-quatre heures plus tard. La grenouille rousse se reproduisant seulement en groupe, des tapis entiers d’œufs finissent par former une étonnante frayère. Ces naissances massives compensent le taux de survie très bas chez cette espèce qui semble en déclin dans toute l’Europe.

Ca vous tente un défi ?

Dans votre quête, vous pourriez rencontrer un autre lève-tôt en migration : le crapaud ­commun. Apprenez à le distinguer de la grenouille rousse. Sachez aussi que cette dernière a un sosie : la grenouille agile. Mais les différencier est affaire de spécialiste...

Crapaud commun (Bufo bufo)

Passez votre souris sur les cercles de l'image pour en apprendre plus !

Chargement

Pattes postérieures courtes

Peau très verruqueuse, généralement gris-brun

Une glande volumineuse derrière chaque œil

Tête large et plate

© Jean Chevallier

Grâce à notre vidéo, différenciez bien la grenouille du crapaud !

A découvrir aux alentours

Prochainement...
Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Couverture de La Salamandre n°280

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 280  Février - Mars 2024
Catégorie

Observations

Nos produits
pour faire le plein d’activités

Le guide nature Traces et indices, 2e édition

19.90 €

Le guide nature Les oiseaux, 2e édition

19.90 €

L’école à ciel ouvert

29.00 €

Agir pour la nature au jardin

24.00 €

Découvrir tous nos produits
Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur