Sortir du terrier

L'association blaireau et sauvage nouvellement créée vise à faire connaitre et à protéger le mammifère noir et blanc encore trop méconnu.

L'association blaireau et sauvage nouvellement créée vise à faire connaitre et à protéger le mammifère noir et blanc encore trop méconnu.

Blaireau et sauvage, pour la protection protection du mammifère - La Salamandre
Yann Lebecel Président de l’association Blaireau et sauvage à Vermont (Vosges).

Pourquoi avez-vous créé l’association Blaireau et sauvage ?

Ce mammifère me passionne depuis plus de quinze ans. Après avoir étudié cette espèce dans plusieurs structures locales, j’ai voulu élargir mes actions à l’échelle nationale. Le but de l’association est de mieux comprendre et faire découvrir cet animal discret. Nous voulons notamment connaître sa répartition précise en France.

Vous avez donc lancé des études ?

Oui, nous avons commencé à estimer les densités de blaireau sur le territoire français tout en rassemblant des données sur la population. Nous profitons également de la démocratisation des pièges photographiques pour étudier en détail la biologie encore peu connue de ce mustélidé.

Vous avez pu mieux comprendre son comportement ?

Oui! Nous avons même eu quelques surprises. Notamment sur les heures de sortie du terrier. On pensait par exemple que le blaireau était exclusivement nocturne, mais nous avons appris qu’il pouvait sortir avant le coucher du soleil lorsque les nuits sont courtes. En de rares occasions, j’ai même pu l’observer en plein jour!

Blaireau et sauvage, pour la protection protection du mammifère - La Salamandre
© Ambroise Héritier

Vous souhaitez enfin le protéger!

C’est indispensable! Le blaireau souffre du manque de connaissance du grand public. Pour cela, nous misons sur des conférences et des vidéos de sensibilisation. J’ai déjà réalisé un court métrage Petit ours de nos campagnes et je projette d’en faire un documentaire plus long pour montrer à quel point ce discret animal qui vit près de nous est fascinant. Nous allons également alerter les pouvoirs publics dans l’espoir de faire cesser la pratique barbare du déterrage, fatale à plusieurs milliers de blaireaux par an.

En Suisse, les sols pollués sont surveillés de près.

Couverture de La Salamandre n°247

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 247  août - septembre 2018
Catégorie

Écologie

Tags

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Carnet d’un peintre naturaliste confiné

12.90 €

Le guide nature Les petites bêtes, 2ème édition

17.00 €

Vers la beauté, toujours!

19.00 €

Le guide nature A la montagne

17.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur