Les peintures des artistes naturalistes de la forêt des salamandres Sylvain Leparoux
© Sylvain Leparoux

Place aux artistes

Une forêt, dix regards. Morceaux choisis nés dans la forêt des salamandres en attendant la grande expo collective de cet automne.

Auteur

Julien Perrot



Une forêt, dix regards. Morceaux choisis nés dans la forêt des salamandres en attendant la grande expo collective de cet automne.

Jean Chevallier

Les peintures des artistes naturalistes de la forêt des salamandres Jean Chevalier

57 ans, Châtillon-sur-Broué (Marne)

Un souvenir de salamandre ? La première fois que j'ai assisté à une mise bas ! La femelle était immobile à moitié dans l'eau. J'ai vu une larve tomber sur sa patte arrière avant de partir avec le courant. Sinon, j'ai observé deux fois un individu orange. La salamandre ondule lentement dans la nuit, elle a le temps, elle est invincible.

Votre premier dessin naturaliste ? J'ai commencé à dessiner sur le terrain à 15 ans. Avant, je croquais les bêtes de mémoire, une fois de retour à la maison.

D'autres passions ? La nature, c'est tout ce qui me booste. Mais j'ai aussi une forte affinité pour la musique.

Si vous étiez une couleur ? Le gris pour toutes ses nuances, par exemple en contraste avec le rose sur le plumage du tichodrome.

Un animal ? Joker ! Bon, s'il faut vraiment choisir, un renard ou peut-être une fouine.

Un lieu ? Un étang où je me rendais volontiers quand j'habitais en banlieue.
Une vraie oasis.

Une nourriture ? Un bon petit chocolat suisse.

Benoît Perrotin

Les peintures des artistes naturalistes de la forêt des salamandres Benoît Perrotin

47 ans, Chantonnay (Vendée)

Un souvenir de salamandre ? C'est un rituel. En septembre, par temps doux et pluvieux, j'emmène mes deux loulous compter les salamandres en contrebas du village. Une fois, nous en avons dénombré 30 ! J'aime croquer cet animal singulier et tellement graphique.

Votre premier dessin naturaliste ? Un hypolaïs polyglotte. J'ai été impressionné par le chant de cet oiseau posé au sommet d'un buisson… et j'ai fait mon premier croquis. Je devais avoir 16 ans.

D'autres passions ? La course à pied que je pratique depuis l'âge de 15 ans. Un short, un maillot, une paire de baskets… et c'est la liberté.

Si vous étiez une couleur ? Le vert dans toute sa diversité.

Un animal ? Le rossignol qui chante dans un fond de vallée, un soir de mai. Un lieu ? Les Pyrénées aux deux visages français et espagnol si différents.

Une nourriture ? Un dessert pour sûr ! Par exemple, un riz au lait nappé de caramel au beurre salé.

Catherine Chaillou

Les peintures des artistes naturalistes de la forêt des salamandres Catherine Chaillou

59 ans, Charenton-du-Cher (Loir-et-Cher)

Un souvenir de salamandre ? Elle avait un regard très doux et un sourire énigmatique. C'est fou qu'un animal aussi discret ait été choisi comme symbole de la royauté par François Ier.

Votre premier dessin naturaliste ? Mon père métallurgiste photographiait la fusion des matières dans les hauts-fourneaux. Je jetais de grands traits orange sur des feuilles de papier noir.

D'autres passions ? Tout ce qui fait travailler mes mains. La céramique évidemment en premier lieu.

Si vous étiez une couleur ? Le vert tendre d'un bourgeon de saule. Tellement tendre qu'il en devient rose.

Un animal ? Peut-être l'hermine, ma bête de prédilection en raku. J'aime sa souplesse.

Un lieu ? Une prairie avec un gros chêne, entourée d'une haie d'épines noires. C'est mon bocage !

Une nourriture ? n plateau de fromages avec du bon pain.

Sylvain Leparoux

Les peintures des artistes naturalistes de la forêt des salamandres Sylvain Leparoux

45 ans, Guichen (Ille-et-Vilaine)

Un souvenir de salamandre ? Chez moi, dans un petit bois. Cette chose qu'on dirait en plastique noir et jaune dégage une force magique. Quand elle apparaît, c'est toujours comme la première fois. J'adore son regard noir insondable.

Votre premier dessin naturaliste ? n bécasseau cocorli au bord d'un grand étang près de chez moi. Je devais avoir 14 ans. Sinon, les piafs, c'était inné pour moi.

D'autres passions ? D'autres intérêts oui, comme les salades qui poussent dans mon jardin. Mais la nature est ma seule passion.

Si vous étiez une couleur ? ne ombre lumineuse, quand une surface éclairée illumine une ombre. Autrement, le gris du ciel qui n'est jamais que gris.

Un animal ? Un albatros, pour sa longévité et son vol au-dessus des flots.

Un lieu ? Un endroit sauvage, donc de plus en plus rare. On n'y voit pas la main de l'homme. Autour de chez moi, cela n'existe plus.

Une nourriture ? En hiver, petit salé aux lentilles. En été, salade de tomates du jardin.

Jacques Laesser

Les peintures des artistes naturalistes de la forêt des salamandres Jacques Laesser

45 ans, Zofingen (Argovie)

Un souvenir de salamandre ? Au milieu du chemin, dans le faisceau de ma frontale. On se baladait en famille dans un petit vallon. Nous l'avons suivie sur 100 vmètres dans la forêt. Magique ! Je suis plutôt branché oiseaux. Alors, la salamandre est encore pour moi pleine de mystères.

Votre premier dessin naturaliste ? Des corneilles depuis ma fenêtre sur la cheminée d'en face. Je savais que c'était possible. J'aimais le dessin, j'aimais les oiseaux. Alors j'ai essayé !

D'autres passions ? Ma famille ! Notre jardin où j'aime passer du temps et travailler.

Si vous étiez une couleur ? Le gris de Payne qui donne beaucoup de richesse à l'aquarelle. Très saturé, il exprime un noir profond. Dilué, il vire au bleuté.

Un animal ? Le rougequeue à front blanc, symbole de la biodiversité dans ma ville natale de La Chaux-de-Fonds.

Un lieu ? Le mont Racine dans le Jura neuchâtelois. Pour philosopher et observer les oiseaux, par exemple l'alouette lulu.

Une nourriture ? Un œuf au plat des poules de mon jardin… avec des rösti.

Laëtitia Locteau

Les peintures des artistes naturalistes de la forêt des salamandres Laëtitia Locteau

40 ans, Machecoul (Loire-Atlantique)

Un souvenir de salamandre ? Jamais vue encore ! J'espère observer pour la première fois cet animal extraordinaire durant cette semaine.

Votre premier dessin naturaliste ? J'ai commencé à dessiner vers 6 ans. Je faisais les vendanges avec mes grands-parents. Je reproduisais les grappes de raisin.

D'autres passions ? Le yoga qui me fait lâcher prise. Plus je déconnecte le mental, plus le résultat me plaît. L'encre de Chine et le bambou me forcent à être dans l'instantané. J'aime le côté funambule du trait.

Si vous étiez une couleur ? Le noir, intense et brut. Le meilleur contraste avec le blanc. Ça peut me suffire.

Un animal ? Mon chien, un berger australien. Tout comme lui, je prends mon temps.

Un lieu ? Là où j'habite, l'endroit dont je peux profiter le plus souvent. La baie de Bourgneuf, avec les marais et la mer. Ça respire, c'est grand.

Une nourriture ? Moules-frites, avec un verre de muscadet.

Yann Le Bris

Les peintures des artistes naturalistes de la forêt des salamandres Yann Le Bris

46 ans, Glénac (Morbihan)

Un souvenir de salamandre ? En cherchant des chauves-souris dans d'anciennes mines, j'ai trouvé des salamandres au fond de la terre. Et même une fois des larves à plus de 200 mètres de l'entrée. Cet animal est un sujet sans limites pour le peintre.

Votre premier dessin naturaliste ? Pourri ! Pas envie de m'en souvenir. J'ai toujours eu le besoin viscéral de dessiner. C'est quand je suis en contact direct avec les animaux que j'y prends le plus de plaisir.

D'autres passions ? Tu peux pas avoir quarante passions. Le dessin et la nature, c'est déjà beaucoup.

Si vous étiez une couleur ? La couleur n'est pas l'essentiel. Ce qui m'intéresse, ce sont les contrastes. Et alors c'est le noir que je préfère. C'est le trait, la texture, le travail des ombres.

Un animal ? Un grand murin. Je participe comme bénévole à une étude sur cette chauve-souris qui me fascine.

Un lieu ? La prairie humide devant chez moi, quand on cherche les rainettes avec mes enfants.

Une nourriture ? Une potée de chou. Un plat que j'aime faire…
et manger !

Denis Clavreul

Les peintures des artistes naturalistes de la forêt des salamandres Denis Clavreul

63 ans, Nantes (Loire-Atlantique)

Un souvenir de salamandre ? Une bonne nuit de pluie durant le Festival de Ménigoute. Dans la forêt, il y avait une salamandre tous les 2 mètres. C'était chouette de les dessiner sous mon parapluie. Cet animal est fascinant graphiquement, ses yeux sont à la fois doux et mystérieux.

Votre premier dessin naturaliste ? A 20 ans, je suis parti avec des copains scouts en voyage en Laponie. Je n'avais pas de jumelles mais j'ai rapporté quelques croquis de renards polaires et de labbes.

D'autres passions ? J'ai chanté en chorale et pratiqué la danse contemporaine. Si je revivais, j'aimerais bien être danseur.

Si vous étiez une couleur ? es multiples verts tendres du printemps.

Un animal ? Les vaches ont marqué mon enfance. Gamin, j'ai passé beaucoup de temps dans les fermes de mes oncles.

Un lieu ? Entre Brière, salines de Guérande, bocage et littoral. J'adore cette mosaïque très riche.

Une nourriture ? Un bon plat de lasagnes. Et, évidemment, une longue liste de desserts.

Maeva Arnold

Les peintures des artistes naturalistes de la forêt des salamandres Maeva Arnold

38 ans, Jona (Saint-Gall)

Un souvenir de salamandre ? C'était en montagne. Il a commencé à pleuvoir. Une salamandre noire est apparue comme dans un petit nid moussu. Elle nous a longuement fixés avec ses yeux mystérieux. La salamandre a l'air douce et tranquille… et pourtant elle est toxique.

Votre premier dessin naturaliste ? Il n'était pas bon ! J'adorais recopier les guides d'oiseaux à la maison. Mon premier dessin sur le terrain, c'était dans une station de baguage au bord du lac de Neuchâtel.

D'autres passions ? La danse toujours ! En ce moment, danse moderne et tango. Et folk en festivals.

Si vous étiez une couleur ? Le bleu. C'est comme l'air et l'eau, ça bouge tout le temps.

Un animal ? L'hirondelle parce qu'elle voit du pays, qu'elle vole et qu'elle va vite. Je déteste la vitesse… mais ça me plairait quand même.

Un lieu ? La Ramée, une roselière au bord du lac de Neuchâtel.

Une nourriture ? Une poire. Douce et en même temps un peu craquante.

Jérôme Gremaud

Les peintures des artistes naturalistes de la forêt des salamandres Jérôme Gremaud

40 ans, Riaz (Fribourg)

Un souvenir de salamandre ? J'étais en Slovénie pendant une semaine pour voir des ours. Un jour, sur le sentier de l'affût, j'ai aperçu une jolie bête noire et jaune. C'était très fort, cette rencontre. Sinon, je connais mieux la salamandre noire. J'aime son côté lent très particulier. Elle a une aura protectrice.

Votre premier dessin naturaliste ? Des bouquetins en Gruyère, dans le vallon des Morteys. J'admirais Jacques Rime et ses croquis de terrain. Un jour, j'ai eu envie d'essayer par moi-même.

D'autres passions ? La BD, dans un registre complètement différent de la nature.

Si vous étiez une couleur ? Le gris des galets de la Sarine. J'adore dessiner les galets.

Un animal ? Une hirondelle ou un milan noir. Un animal de chez nous qui voit du pays jusqu'au sud de l'Afrique.

Un lieu ? L'embouchure de la Sarine dans le lac de la Gruyère. Un endroit complètement artificiel où pourtant la nature s'exprime magnifiquement.

Une nourriture ? Une soupe de potimarron avec fromage et verre de rouge.

Couverture de La Salamandre n°248

Cet article est extrait de la Salamandre

n° 248  octobre - novembre 2018
Catégorie

Dessins Nature

Ces produits pourraient vous intéresser

Le lac aux oiseaux

49.00 €

Eduquer ses enfants comme un renard

19.00 €

Marche avec les loups

29.00 €

Tu marches, il marche, vous marchez… moi, je cours

19.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique