© jobraumedia - stock.adobe.com

Comment lutter contre le commerce illégal d’oiseaux ?

En novembre dernier, un vaste trafic de passereaux était démantelé dans le Val-de-Ruz. Comment lutter contre ce type de commerce illégal ?

En novembre dernier, un vaste trafic de passereaux était démantelé dans le Val-de-Ruz. Comment lutter contre ce type de commerce illégal ?

En grimpant dans le Val-de-Ruz (NE), le 6 novembre dernier, l’escouade composée de membres du Service de la faune, de la police neuchâteloise et du Service des affaires vétérinaires s’attendait à trouver des oiseaux détenus dans de mauvaises conditions.

Mais personne n’imaginait découvrir autant de spécimens. Environ 500 individus d’espèces à la fois indigènes et exotiques étaient enfermés dans plusieurs cabanes, à l’abri des regards.

« C’était assez choquant. Des cabanons de jardins avaient été reconvertis en volières, des centaines d’oiseaux y étaient entassés. Les normes sanitaires et de protection des animaux n’étaient pas remplies », témoigne François Turrian, le directeur de l’association BirdLife, invité à participer à l’opération pour permettre à la police d’identifier au mieux les oiseaux séquestrés.

Relâcher d'env. 300 oiseaux sauvages
© François turrian / birdlife

Parmi les espèces autochtones, les chardonnerets élégants arrivent largement en tête, devant les tarins, serins, verdiers, bouvreuils, linottes et pinsons du Nord.

« Les chardonnerets sont vendus dans les pays méditerranéens, au Maghreb, mais aussi en Espagne ou au Portugal », explique François ­Turrian.

En Afrique du Nord, ce passereau est domestiqué depuis le VIIIe siècle.

Cette espèce, dont le­ ­commerce est strictement encadré par la Convention de Washington (> pp. 16-17) et exige d’obtenir des permis de vente, est autant appréciée pour son ramage que pour son plumage. Un individu peut se vendre entre 100 et 200 CHF au marché noir.

Chardonneret élégant
© delmo07 - stock.adobe.com

Le point crucial pour sauver les individus migrateurs était de les relâcher très vite pour leur permettre de reprendre leur voyage vers le sud, avant la chute des températures.

« La première mission était de reconnaître les oiseaux locaux afin de ne pas relâcher d’espèces exotiques dans la nature.

Ensuite, j’ai insisté pour que le ministère public puisse donner le feu vert afin de les libérer le jour même pour éviter un stress supplémentaire. Des oiseaux qui ont été détenus en captivité n’ont plus la même force », détaille Pierre-François Gobat, chef des affaires vétérinaires du canton.

Avant de découvrir les cages mortifères et de démanteler ce trafic, les autorités ont mené une enquête rigoureuse.

Quatre personnes ont été interpellées. « On est à l’affût d’informations qui pourraient nous parvenir sur ce genre de sujet », ajoute Pierre-François Gobat.

Bouvreuil pivoine
Couple of European bullfinch birds ( Pyrrhula pyrrhula) / © Tunatura - stock.adobe.com

Cette fois-ci, ce sont les gardes-faune qui avaient observé des allées et venues ainsi que des équipements suspects dans les forêts neuchâteloises.

« Il y a parfois des filets qui sont installés. Ce sont le plus souvent des bagueurs d’oiseaux, qui ont des autorisations agréées dans un but scientifique. Mais cela peut aussi être des piégeurs d’oiseaux, qui laissent davantage les filets sans surveillance », prévient François Turrian.

On demande aux gens d’être attentifs s’ils voient des filets.

Dans cette affaire, la police a saisi des cages de capture et des appareils imitant les chants. Les services concernés maintiennent une veille attentive pour débusquer d’éventuels ­commerces similaires. « Et si ce n’était que la pointe de l’iceberg ? », s’interroge le directeur de BirdLife.

Couverture de La Salamandre n°280

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 280  Février - Mars 2024, article initialement paru sous le titre "Ouvrir la cage aux oiseaux"
Catégorie

Écologie

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Le grand livre de la nature

69.00 €

Les plantes sauvages

49.00 €

Agenda de la nature au jardin 2024

6.00 €

ALPES 2e édition

42.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur