© Jean Chevallier

Plus rapide que son ombre

Là-haut, l’écureuil marche, court, saute, vole ! Parviendrons-nous à le suivre pendant plus d’une minute ?

Là-haut, l’écureuil marche, court, saute, vole ! Parviendrons-nous à le suivre pendant plus d’une minute ?

Top chrono ! Le voilà qui dégringole le long d’un arbre. Puis brusquement s’arrête, sans déraper. Le corps tendu, l'écureuil hume l’air par saccades. Pas de chance, il vous a vu, ou senti ! Il se cache de l’autre côté du tronc, et remonte. Cinq, six secondes : des bouts d’écureuil surgissent quelques mètres plus haut. Tête à gauche, queue à droite. Tête à droite, queue à gauche. Il crie : douc douc douc douc… L’animal grimpe maintenant en spirale, toutes pattes écartées. Puis il s’arrête, hoche la queue et disparaît. Dix-huit, dix-neuf…

Le revoici !

Calé au creux d’une fourche, il vous regarde droit dans les yeux. Vingt-deux… Et c’est reparti ! Douc douc douc. Il file de côté cette fois, au galop sur le dos d’une branche charpentière qui le masque à moitié. Il monte encore, toujours plus haut, toujours plus vite. Trente-deux, trente-trois… Mais où est-il passé ?
Cinquante… C’est lui ! En trois coups de griffes, il atteint l’extrémité d’une branche, qui oscille. D’un bond, l’écureuil s’élance et atterrit quatre mètres plus loin, sur la cime de l’arbre voisin. Cinquante-trois. A peine déséquilibré, il repart de plus belle, ombre fugitive dans l’ombre de la forêt. Et disparaît pour de bon.

... le revoilà !

A l’instar de la chauve-souris dans la nuit noire, l’écureuil emprunte chaque jour les mêmes voies suspendues. Il s’aventure sur les mêmes branches, s’agrippe aux mêmes écorces, calcule les mêmes sauts. Il connaît les meilleurs raccourcis pour aller boire, manger, dormir, ou pour semer ses poursuivants. Si d’aventure il perd l’équilibre et chute au sol, dix à vingt mètres plus bas, il retombe toujours sur ses pattes, comme un félin. A peine étourdi, il rejoindra dare-dare ses frondaisons.

© Jean Chevallier © Jean Chevallier © Jean Chevallier © Jean Chevallier © Jean Chevallier
Couverture de La Salamandre n°164

Cet article est extrait de la Revue Salamandre

n° 164  Octobre - Novembre 2004
Catégorie

Dessins Nature

Vos commentaires

Réagir

Pour commenter sans créer de compte, il vous suffit de cliquer dans la case « nom » puis de cocher la case « je préfère publier en tant qu’invité ».

Ces produits pourraient vous intéresser

Carnet d’un peintre naturaliste confiné

12.90 €

Le guide nature Les petites bêtes, 2ème édition

17.00 €

Vers la beauté, toujours!

19.00 €

Le guide nature A la montagne

17.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre, c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique

Nos images sont protégées par un copyright,
merci de ne pas les utiliser sans l'accord de l'auteur