blaireau
Au Grand Terrier, 29 avril 1999 A 20 h 35, un blaireau sort de sous la souche et s’en va. Quatre minutes plus tard, un second plus petit fait de même. A 21 h, un troisième renifle longuement à la sortie puis disparaît à l’intérieur. Le vent a tourné, la nuit arrive. La lune éclaire maintenant le terrier. Trois blaireaux se tiennent en lisière. Parfois, ils passent dans les taches de lumière. C’est plein de tranquille joie, ces trois bêtes qui s’affairent en brillant sous la lune. / © Jacques Rime

Cet article fait partie du dossier

Le grand terrier

Lune d’avril

Les fayards n’ont pas encore leurs feuilles et, ce soir, la lune jette des taches de lumière cendrée sur le grand terrier. Il faut en profiter…

Auteur

Jacques Rime



Les fayards n’ont pas encore leurs feuilles et, ce soir, la lune jette des taches de lumière cendrée sur le grand terrier. Il faut en profiter…

Bien emmitouflé dans son sac de couchage, on veille. Peut-être, sous terre, y a-t-il déjà des blaireautins, mais nous n’avons pas accès à ces profondeurs et c’est bien ainsi.
Que peuvent-ils bien faire ? Dormir couchés en tas sur leur litière, sucer les grosses tétines de leur mère ou, tout pâmés d’aise, se faire laver le ventre à coups de langue rose.

A moins que, les yeux encore fermés, ils ne s’en aillent à la conquête des couloirs de la tanière en se traînant sur leurs pattes trop courtes. Peut-être même - pourquoi pas? - s’amusent-ils avec le crâne d’un grand-oncle abandonné là depuis on ne sait combien de saisons.

L’un après l’autre, deux fantomatiques blaireaux sortent sans bruit du terrier, illuminés de lune et maculés d’ombres. Ils font leur toilette, se grattent, se mordillent. C’est tellement beau qu’on est heureux, qu’on rit sous son bonnet sans se rendre compte qu’on a la goutte au nez.

blaireaux
La reproduction partiellement souterraine du blaireau reste un mystère. Les petits, nés en février, seraient allaités durant trois mois. Leurs premières sorties ont lieu en avril. Ils atteindront presque la taille des adultes en automne. / © Jacques Rime

Durant leurs sorties nocturnes, les blaireaux croquent larves et insectes, escargots et grenouilles, œufs et petits rongeurs, faines, glands, fruits. Et, surtout en hiver et au printemps, une impressionnante quantité de vers de terre.

La suite de notre dossier le grand terrier.

Cet article fait partie du dossier

Le grand terrier

Couverture de La Salamandre n°167

Cet article est extrait de la Salamandre

n° 167  Avril - Mai 2005
Catégorie

Dessins Nature

Ces produits pourraient vous intéresser

Le lac aux oiseaux

49.00 €

Eduquer ses enfants comme un renard

19.00 €

Marche avec les loups

29.00 €

Tu marches, il marche, vous marchez… moi, je cours

19.00 €

Découvrir tous nos produits

Poursuivez votre découverte

La Salamandre c’est des revues pour toute la famille

Découvrir la revue

Plongez au coeur d'une nature insolite près de chez vous

8-12
ans
Découvrir le magazine

Donnez envie aux enfants d'explorer et de protéger la nature

4-7
ans
Découvrir le magazine

Faites découvrir aux petits la nature de manière ludique